vendredi 5 novembre 2010

Entre filles: épisode26: Bisexuelle et allumeuse

Publié par bella_ragatsa à 08:11
Réactions : 

La gène, la honte, l’humiliation, sont des états dans lesquels je glisse souvent. Est-ce par pur malheur ? Ou est-ce une mauvaise adaptation aux circonstances de la vie que je mène ?
Pourquoi à chaque fois qu’une fille me plaise, une chose surgisse pour l’éloigner de moi ? Pourquoi Nesrine, qui d’habitude n’aime pas trop parler et me taquiner, décide de le faire à l’instant même où Sahar met le pied au salon ? Est-ce un pur hasard ou un complot qu’elle avait mené avec Amira, juste pour me faire chier (excusez-moi pour le terme) ?
Enfin bref, poser des questionnements inutiles à un moment où je fus victime d’un regard accusateur de la fille qui m’intéressait fut exactement comme faire appel dans une affaire perdue d’avance.
Elle était calme, elle souriait alors que son regard cachait une colère, ou plutôt une déception. Amira, quant à elle, ne cessait d’élargir son sourire. Je n’arrivais pas à comprendre cette pseudo-lesbienne, qui me traitait comme si j’étais un clown, bon même un clown était maitre de ses actions mais disons plutôt sa marionnette, qui lui permettait de passer du bon temps.
- Ben vas-y Nesrine, aide-la ! s’écria Amira excitée.
Nesrine sentant une certaine alchimie entre moi et la nouvelle invitée, eut comme de la pitié pour moi, ce qui me prouvait son innocence du complot imaginaire que j’ai cru pour un moment fruit d’un plan diabolique commun entre elle et mon ex.
La majeure partie des invitées, ennuyées par l’attente du strip tease, semblaient désintéressées. Les couples présents, s’éloignaient un peu, pour flirter et discuter, et quant aux célibataires comme moi, il y avait celles qui baillaient et d’autres, qui s’asseyaient sur le canapé pour regarder la télé. Quant à Khawla, l’unique bisexuelle dans le groupe, elle saisissait son portatif qu’elle se déplaçait avec tout le temps, et mettait sa clé orange pour surfer un peu sur le net.
Pourquoi la seule bisexuelle dans le groupe ? Et ben tout simplement, car celles qui s’identifiaient comme étant vraies lesbiennes, détestaient ces soi-disant intruses dans la communauté des gays et lesbiennes.
Les bisexuelles, n’étant donc pas les bienvenues dans la communauté, furent toujours traitées de tous les noms par le petit groupe lesbien de la capitale. Toutes les filles du groupe racontaient donc à chaque nouvelle novice dans le monde de lesbianisme, le mythe selon lequel une fille bisexuelle présentait un danger permanent pour une vulnérable lesbienne. Elles sont des prédatrices, des manipulatrices des nymphomanes, qu’au point d’aimer le cul, elles cherchent à diversifier les partenaires des deux sexes ; qu’une bisexuelle est à éviter et surtout pas à sortir avec. Ce sont donc des pétasses et des psychopathes, qui peuvent rendre ta vie un vrai enfer.
Pourquoi donc ne pas exclure Khawla du groupe ? Et ben tout simplement, parce qu’elle est classée comme ex bisexuelle, depuis qu’elle ne sortait plus avec des mecs, mais ça de toute façon ne veut pas dire qu’un jour elle ne pourrait pas tomber amoureuse d’un mec.
Mais bon les exceptions font partie de la vie, et Khawla fut l’antithèse de ce raisonnement. Enfin, c’est peut être parce qu’elle fut la plupart de temps célibataire vu qu’elle n’avait pas le temps pour tisser une vraie relation à cause de la nature de son job puisqu’elle passait plus de temps dans l’air que sur la terre sinon elle serait exclue de cette bande qui se connaissait depuis quelques années.
- Hey, les filles ! est ce que l’une de vous a reçue une demande d’ajout de la part d’une renommée agora lesbien ?
Toutes les têtes présentes se tournaient intéressées vers khawla, surtout celles des célibataires, puisque la découverte d’une nouvelle lesbienne fut fêtée comme une occasion de quitter ce cercueil de célibat pour celles qui ne souhaitaient que sortir pour le fait de sortir.
- Non, je ne la connais pas ! murmura Abdelmajid en boutonnant son chemisier et en courant vers elle pour arracher une petite place à coté d’elle. Est-ce qu’elle met des photos d’elle ? ajouta-t-elle d’une motivation comme celles des enfants, puisque le rêve ultime de cette pauvre Hana, n’était que sortir avec une fille, puisque aucune fille ne voulait d’elle.
- Attends je vais voir !
Et d’un simple clic sur photo, elle découvrait un album photos de cette fille en question dans une cérémonie de mariage.
- Elle n’est pas mal !
Surexcitée, Hana la poussa d’un coup de main et en dévorant la photo de profil.
- Elle est super jolie !
- N’exagérons pas ! disait Khawla, en riant.
- Moi j’adore les filles avec les cheveux bouclés !
- Oui mais bon, elle n’est pas assez belle comme Nesrine !
Nesrine, allumant une cigarette très calmement, se contentait de sourire en réponse au compliment. Enfin, tout le monde savait que Khawla était folle amoureuse de Nesrine. Elle ne le cachait pas, elle parlait tout le temps d’elle, et se trouvait à chaque fête lesbienne à proximité d’elle comme par hasard.
Nesrine aussi le savait, mais elle faisait semblant de ne pas le savoir. Elle l’ignorait tout le temps et ne parlait pas trop avec elle ; c’était peut être sa façon de lui dire qu’elle ne lui intéressait pas. Khawla, était assez mignonne, une peu petite, mais très féminine avec des beaux yeux d’un noir grisâtre, mais bon, ce qui intéressait Nesrine n’était point la beauté ou les sentiments mais uniquement le sexe, c’était sa nature. Elle était une fille à plusieurs et jamais on l’imaginait en couple avec une seule fille, c’était le joli papillon de la communauté, la sirène de rêve de toutes les filles célibataires et engagées en même temps, tellement elle était extrêmement belle.
Profitant du moment de méditation amoureux de Khawla, Hana arracha le pc de ses genoux et le posa sur les siennes en cliquant et en visionnant toutes les photos de l’album.
- Putain, elle est jolie ! et en rougissant, elle a une belle poitrine.
Amira, toujours en bonne humeur, saisissait la cigarette des lèvres de Nesrine et en prenant un souffle.
- Un nouveau coup de foudre !
Un peu gênée, Abdelmajid ne quittait pas l’écran des yeux et continuait.
- Elle a mis intéressée par les hommes et les femmes. Elle ne serait pas peut être bisexuelle ?
- Bisexuelle ou lesbienne ou même hétéro, tant qu’elle te plait, saisis ta chance ! lança Amira, en disant pour la première fois une phrase sérieusement.
De ma part, je profitais de ce moment où cette fille mystérieuse fut le centre du monde pour m’approcher de Sahar, qui avait l’air intéressée par cette discussion.
- Salut ! dis-je timidement.
En tournant la tête vers moi, elle traça un petit sourire et répondit froidement.
- Salut !
Sans ajouter un mot de plus, elle tourna sa tête vers le reste du groupe aggloméré autour de Khawla. C’était donc sa façon pour me transmettre le message qu’elle ne voulait pas me parler.
Même le salut qu’elle a prononcé fut d’une voix gonflée de colère, d’un ton d'une personne voulant achever la conversation avant même de la commencer.
Un peu humiliée mais surtout triste, je m’éloignais d’elle et en dévisageant tous les visages présents comme pour leur dire au revoir, je m’approchai de la porte à pas de chats, puis quand je voyais Sahar, éclairant sa jolie frimousse d’un agréable sourire en demandant à Khawla de lui montrer les photos de la fille, j’ouvrais la porte et je sortais en rentrant chez moi.
Cette nuit je ne savais pas comment ou quand je me suis endormie. J’étais tellement saturée par les événements par lesquels j’ai passés que je ne me rappelais plus de rien depuis.
Le lendemain vers 10h, en buvant mon café de matin, je consultai mon compte de facebook, et puis en me rappelant la petite conversation d’hier, je tapais le pseudo de cette fille mystérieuse qui a suscité la curiosité du groupe fêtard de la communauté.
- Agora lesbien ! parlais-je à moi-même en tapant son pseudo dans la case recherche.
Très vite, le résultat s’est apparu. C’était très facile puisqu’on avait une amie en commun Khawla. Et je n’ai pas trop hésité avant de lui envoyer une demande d’amitié.
Quelques minutes après un préambule rouge apparait sur mon écran, m’annonçant que la fille avait accepté ma demande.
Très curieuse, je visitai son profil et je mitraillais ses photos. Elle avait un joli sourire, c’est ce qui m’a attiré en premier, puis un certain mystère au regard.
En tout cas, je n’ai pas pris tout mon temps pour contempler le reste de ses photos puisqu’elle m’a adressé la parole sur le chat.
- Salut ! me tapait-elle avec un émoticône qui souriait.
Un peu hésitante, je répondais.
- Salut, et avec politesse, je te remercie pour l’ajout.
Après un petit moment où elle ne tapait rien, elle surgissait de nouveau en m’écrivant.
- Désolée, je parlais avec le serveur !
- Ne t’es pas chez toi ?
- Non, à l’étoile du Nord.
- Ah, tu connais l’étoile alors ? je tapais avec un large sourire.
La fille, après un petit moment disait.
- Tu t’appelles comment avant tout ?
Un peu intimidée je retapais.
- Ouf, on a parlé de la cafétéria avant de se présenter ! et en tapant un long hhhhh comme quoi pour avoir l’air, rigolote, je continuai, moi c’est Yasmine et toi.
- Jiji !
- Jiji ? retapais-je, comme étonnée.
Elle m’envoya donc un émoticône qui sortait la langue et rectifiait.
- Mon nom c’est jihen mais on m’appelle Jiji et entre nous, je préfère Jiji à Jihen, c’est plus fun et léger pour une fille in comme moi.
- T’es in alors ?
- Enfin, je ne suis pas classique j’aime tout ce qui est branché et à la mode ! mais j’adore la lecture comme les classiques intello !
- Moi aussi j’adore la lecture ! c’est cool !
Pour tout vous dire, j’aimais les filles à l’allure intello le genre de la mythique et féministe Ines ; avec un côté branché comme Nesrine, c’était vraiment le top pour moi.
J’étais tellement désespérée de courir après Sahar, que j’ai fini par renoncer à cette fille, enfin, pas renoncer au vrai sens du terme mais à éloigner cette délicieuse pensée d’être en couple avec elle après son comportement. Et je me suis dit que faire la connaissance de cette fille, que je trouvais mignonne, et pourquoi pas tenter de la connaitre du plus prés pour une éventuelle relation fut une bonne idée et beaucoup plus possible que continuer à draguer une fille qui m’avait repoussé gentiment.
Évidemment c’est ce que j’ai concrétisé en lui demandant s’il était possible qu'on se voit. Elle paraissait surprise, vu qu’on n’a pas trop papoté et que j’ai vite demandé à la voir. Elle m’avait dit qu’elle trouvait le fait que je n’aime pas perdre mon temps à parler un point positif, et accepta du coup mon invitation pour boire un café le soir même à l’étoile du Nord.
A 18H30, je fus à l’étoile. En pénétrant l’espace à faible luminosité de la cafétéria, je saisissais la chaise d’une table et je m’asseyais à proximité de petit coin où ils faisaient des spectacles de temps à autre.
Et puis en gardant les yeux fixés sur la petite porte menant à cette partie de la cafétéria, j’arrivais à la reconnaitre dés qu’elle s’arrêta à la porte. En lui faisant un signe avec la main, elle me souriait et se dirigea vers moi.
En me faisant deux bises, elle enleva son gilet et s’asseyait face à moi.
- J’espère que je n’ai pas tardé !
- Non, non, c’est bon, je viens d’arriver !
Elle était plus charmante en direct, une fille mince et petite de taille, disons 1m 58, avec des cheveux longs et bouclés, elle portait beaucoup d’accessoires aux mains et quatre bagues en tout.
En s’accoudant sur sa main, elle me regardait longuement. Elle prenait tout son temps pour me photographier de ses beaux yeux noisette puis me demanda d’une voix capricieuse.
- Je peux fumer ?
- Oui, oui, vas-y ! dis-je un peu troublée vu que c’était notre premier rancard.
En prenant un souffle de sa cigarette, elle reprit.
- Alors, t’es lesbienne ou bisexuelle ?
- Lesbienne ! et en croisant les mains et les jambes, mais je déteste faire les classifications.
Elle sourit et répondit en inhalant de la fumée.
- C’est cool de faire la connaissance d’une fille qui raisonne comme ça ! et en s’accoudant sur l’autre main cette fois-ci. Moi je suis bisexuelle !
Elle le disait et se taisait exprès, comme attendant une réponse de ma part, mais comme je ne disais rien sans la perdre de regard, elle dit.
- Ça ne te gène pas de faire la connaissance d’une bisexuelle ?
- Non, j’ai déjà une amie bi !
Elle traça un sourire persifleur et continua.
- Avoir une amie bi c’est une chose et sortir avec une bi c’est une autre chose !
En participant à son jeu de séduction, je parlais.
- Mais on ne sort pas encore ensemble !
Elle me dévora d’un regard séducteur et continua.
- Mais c’est possible non ?
Les joues un peu rouges, vu qu’elle me draguait directement.
- Je te plais ?
De l’autre main, elle posa la cigarette sur le cendrier et au bout des doigts elle me caressait ma main gauche, sans me quitter de son regard ensorcelant.
- T’es vraiment mignonne ! et en laissant ses doigts m’effleurer la peau, alors avec combien de filles t’es sortie ?
- Une seule.
- Une seule ?
En ingurgitant ma salive, je reprenais.
- Enfin, ça ne fait pas beaucoup de temps que j’ai fait mon coming out !
- Emm, une toute nouvelle ! murmura-t-elle en souriant.
- Et toi ? me lançai-je timide, avec combien de filles?
Elle retira sa main, et dit doucement.
- Je suis sortie à 90% qu’avec des garçons ! et… deux fois uniquement avec des filles ! puis en rigolant, ma première copine, je suis sûre que tu la connais !
- Ah bon ? elle est assez connue ?
Elle prit un long souffle de la cigarette et dit.
- Oui, c’est Ines !
- T’es sortie avec Ines ? m’écriai-je impressionnée, comme si Ines était une superstar.
Elle rait à voix basse et continua.
- Oui, c’était ma première expérience ! j’aimais sa façon de penser les causes qu’elle défendait, mais ça n’a pas marché entre nous ! on est resté d’ailleurs qu’un mois ensemble.
- et pourquoi ça n’a pas marché ? dis-je en la regardant comme un enfant attendant la suite de l’histoire avec impatience.
- Ben, ça n’a pas marché ! j’ai constaté que j’avais uniquement de l’admiration pour elle et non pas de l’amour. Et en rigolant, je crois d’ailleurs que c’est à cause de notre rupture qu’elle a tissé toutes ces histoires bidon autour des bisexuelles, méchantes, sans cœur, nymphomanes etc. et puisqu’elle a de l’influence sur les lesbiennes, elles ont cru à ses histoires, et ont pris son opinion sur les bi comme une référence !
Et tout en riant.
- Elle a un vrai talent de leader cette nana !
- Et ta deuxième !dis-je calmement.
- C’est une française qui est venue passer les vacances d’été à Hammamet ! on a passé deux agréables semaines ensemble puis elle est rentrée chez elle !
- T’as pas eu donc de relations sérieuses avec des filles ?
- Non, malheureusement ! mais ça ne veut pas dire que je ne désire pas m’engager sérieusement avec une fille ! je l’étais une fois avec un mec et on est resté deux années ensemble.
A part ce petit flash sur sa vie sentimentale, on n’a pas trop parlé. Elle avait un an de plus que moi, une fille charismatique, qui savait parler et qui communiquait trop avec les yeux. Mais ce que j’ai constaté ce que je lui intéressais, enfin c’était ma première interprétation. En lui demandant si on pouvait se revoir le lendemain, après avoir passé une heure et demie ensemble, elle faisait semblant de réfléchir puis refusait gentiment et en mettant son gilet, elle continua.
- Si tu veux après demain, je serai libre !
- D’accord alors ! dis-je en traçant un agréable sourire.
Le lendemain, à la même heure, j’étais à l’étoile du Nord, mais cette fois-ci accompagnée de mes deux potes Nawras et cyrine. Elles discutaient et moi je buvais un café crème, en suivant de regard Sahar, assise avec quatre amies à elle, en face de nous. Et puis, j’entendis les sifflements de quelques têtes présentes. Et en tournant la tête, je voyais Abdelmajid chiquement costumée, et Nesrine assise avec Ilhem et Amira , la taquinait.
- Oh ! Hana a un rancard à ce qu’il paraît !
Hana, très heureuse, répondait.
- Oui, oui à la cafétéria dans l’autre avenue avec la belle agora !
- Ah ! tu l’as draguée ? s’écria Amira en allumant une cigarette.
Hana, dessinant un agréable sourire disait avec fierté.
- C’est notre deuxième rancard les filles ! je l’ai vu hier matin à l’étoile du Nord ! et elle m’a dit que je lui plaisais !
- Ah bon ! s’écria Nesrine, ne croyant pas ce qu’elle entendait.
Amira, riant à haute voix.
- Ben, les bisexuelles adorent les filles masculines en général ! c’est à la fois le côté masculin de l’homme qu’elle cherche et la féminité de la fille sur laquelle elle fantasme ! donc une fille masculine c’est un bon coup !
Hana, prenant les paroles de la bande fofolle de Amira comme de la jalousie, fait semblant de ne pas les entendre et quitta la cafétéria en pressant le pas.
Quant à moi, je me sentais stupide. J’étais très intimidée d’avoir mordu à l’hameçon de cette bisexuelle allumeuse, et ne voulant pas éclater en sanglot devant mes potes, je courus vers les toilettes des filles. Et là, à ma surprise, je trouvais Sahar, pleurant dans les bras d’une amie à elle en disant.
- Je n’ai pas de chance avec les filles ! elle s’est moquée de moi cette poufiasse Jiji, elle m’a dit qu’elle me trouvait jolie et qu’elle aimerait bien me revoir demain !!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

fifilletunisiennes Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare